Le Congo comme la Grèce ? – 1ère partie

Le Congo comme la Grèce ? – 1ère partie

Un pays a occupé l’actualité économique internationale à la fin des années 2000. Un pays de l’Union Européenne, touché par une crise économique grave. Crise économique qui a failli causer la disparation de la zone Euro et menacé l’existence même la construction européenne.

Au plus profond de la crise, la Grèce, puisque c’est de ce pays qu’il s’agit, c’est une dette équivalente à 180% du PIB. – 9% de récessions et plus de 20% de chômage.

Pour sortir du marasme économique, le pays a dû accepter un vaste programme d’austérité. Imposé par les créanciers du pays, le FMI en tête. En échange, le pays devait bénéficier d’une restructuration de sa dette et de nouveaux prêts de plusieurs centaines de milliards d’euros.

En 2018, après 10 ans d’effort, la crise est enfin fini. Grâce aux réformes et à l’aide de la communauté financière internationale ? Sans doute.

Mais, les spécialistes sont unanimes pour dire que la Grèce ne serait pas sortie de la crise, sans… Le Tourisme. Le Tourisme est devenu, en effet, le deuxième pilier de l’économie grecque. En 2018, plus de 38 millions de personnes (soient 3 fois plus que la population) ont visité ce pays. Et le Tourisme est devenu le premier employeur avec huit emplois sur dix. Sans le développement prodigieux des activités touristiques, la Grèce ne serait sans doute pas encore sortie de la crise.

Le Tourisme peut-il sauver le Congo

Le Congo Brazzaville est lui aussi touché par une crise économique et financière aigüe depuis 2014. Pour tenter d’en sortir, le Congo va bénéficier d’un accompagnement du FIM et de l’aide d’autres créanciers. Mais, il va falloir, comme en Grèce, faire des reformes et des efforts pour renouer avec la croissance.

Cependant, A l’instar de la Grèce, le Congo peut-il s’appuyer sur le Tourisme pour relancer sa machine économique ?

Cette question peut prêter à sourire. Surtout dans un pays où l’ambition de diversifier l’économie ne date pas d’aujourd’hui. Déjà, dans les années 80, on parlait de « l’après » pétrole avec le développement de l’Agriculture, décrétée priorité des priorités. Plus récemment, les autorités congolaises tentent de développer des zones économiques spéciales.

Malheureusement, les résultats sont là, et sont sans appel. Le Congo reste drogué à l’or noir. Le pays a échoué dans toutes ses tentatives visant à développer un ou plusieurs secteurs économiques capables de fournir des recettes à l’État. Et de reprendre le relai quand la rente pétrolière tarie, comme cela est le cas depuis 2014.

Sans la rente pétrole, l’économie congolaise est nue ! Les recettes de l’État s’effondrent, la dette explose et le pays s’arrête. CQFD !

Dans ces conditions, il est difficile de croire que nous allons réussir avec le Tourisme là où nous avons échoué avec le reste.

Pourtant, nous pouvons y arriver.

Dans une série d’article nous allons expliquer comment.

Dans le prochain article, nous allons expliquer pourquoi le Tourisme ne décolle pas dans notre pays.

Au prochain article.

Laisser un commentaire

Fermer le menu